dimanche 4 septembre 2016

L'exposition "persona étrangement humaine" au musée du Quai Branly



Il y a quelques jours, je suis allée visiter l’exposition « Persona » au Quai Branly, et croyez-moi ce fut une expérience bien mystérieuse... 
Avant de commencer à en parler, j’invite toute personne à aller la visiter (elle se termine en novembre). Cependant, si vous emmenez des enfants, sachez que cela risque de les effrayer, car c’est une exposition qui peut susciter un certain malaise.  

Entre amulettes, robots et créatures artificielles, photographies et objets d’art ou simplement objets incarnés du quotidien à travers les âges, on en prend plein la vue ! Les Hommes ont tendance à considérer ces objets comme des individus à part entière, doués d’une âme. Le doudou avec son petit nom 
(« fafa ») ou les greniers hantés…

Cette exposition nous amène à nous demander si nous avons affaire à des objets quelconques ou à des êtres doués de vie, des animaux ou encore des robots. C’est le sentiment que l'on ressent en visitant la « vallée de l’étrange. » Sur ce chemin, on laisse derrière nous les talismans ou autres grigris. C’est le lieu de la mise en scène du fantasme qui consiste à créer des créatures étrangement humaines qui finissent toujours par nous donner un sentiment de répulsion (un peu dans le style Frankenstein, vous voyez le genre). Les frontières de l’humain sont bouleversées et le non-humain commence de plus en plus à être envahissant. C’est le cauchemar véhiculé par les films de science-fiction dans lesquels l’homme se fait attaquer par la machine (« Sarah Connor..? »). L’ère du transhumanisme (le « cyborg » avec un coeur mécanique et des yeux électroniques qui vous donnent une vue d’aigle) est arrivé. Bientôt, il faudra appliquer les lois d’Asimov (Loi n°1 : « un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger »).

Enfin… on a encore quelques années devant nous… 


   

   

   

   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire